Dans les petits papiers de… Papier Tissé.

© Papier Tissé.© Papier Tissé.

« Un carnet est pour moi un objet très intime, qu’on personnalise au fil de son utilisation et qui doit dès le début nous ressembler. »

 

© Papier Tissé.

© Papier Tissé.

Papier Tissé et Violaine ne font qu’un. Pour cause, sa créatrice y réalise tout de A à Z, avec ses deux mains dans son « appartelier » parisien.

Papier Tissé est avant tout une belle histoire d’amour entre papier et tissu, fait main et couture en prime. Les étapes semblent simples, mais le travail est détaillé et délicat. De beaux produits, de l’amour du papier et du temps dédié à la belle oeuvre.

Que fallait-il de plus pour que l’on tombe amoureux de Papier Tissé ? Une immersion dans l’univers de la marque, des questions et de belles réponses. La recette du bonheur pour entretenir son amour du papier.

 

• Qui est Papier Tissé ?

Violaine. Papier Tissé est une toute jeune marque française qui propose des carnets entièrement fait-main,en papier et en tissu. Je travaille seule et suis pour l’instant installée à Paris.

• Dites-nous en un peu plus sur votre parcours… Comment est né Papier Tissé ?

Violaine. Je suis graphiste de formation, j’ai réalisé un BTS design graphique print à Toulouse, puis un master à Rennes. Une fois diplômée, je me suis installée en graphiste freelance à Paris. Me questionnant beaucoup sur le métier de graphiste, j’ai voulu développer en parallèle une activité manuelle, m’éloigner de l’écran et revenir à ce qui m’avait fait aimer le graphisme. J’avais réalisé un stage de reliure pendant mes études qui m’avait beaucoup plu.

J’ai donc d’abord fait beaucoup d’essais, réalisé différents prototypes pour mes proches et pour moi-même. Une fois arrivée à un résultat me satisfaisant et en commençant à les montrer autour de moi, j’ai senti un certain intérêt. J’ai donc décidé de les mettre en vente, et donc de créer une marque, une identité, une boutique en ligne, une communication.

 

• Quelles sont les étapes dans la conception de vos créations ?

Violaine. La réelle première étape de la conception est la recherche de tissus, c’est cela qui me donne l’envie de créer un carnet. Pour le carnet en tant que tel, les étapes sont très systématiques : d’abord, le perçage des feuillets, la couture du carnet au fil de lin avec du papier bouffant, puis la découpe au massicot du carnet, et des angles arrondis. Ensuite vient le montage de la couverture, avec la découpe des plats en cartons et le collage du tissu. Enfin, l’assemblage du tout avec une page de garde. Une nuit sous presse et le carnet est prêt.

″La réelle première étape de la conception est la recherche de tissus, c’est cela qui me donne l’envie de créer un carnet.″ 

 

Quels outils utilisez-vous pour créer vos collections ?

Violaine. Le papier et le collage des matières d’abord pour les premières esquisses. Puis pour la partie technique, des outils assez classiques de reliure: plioir, berceau, cutter, colle, poinçon… J’investis au fur et à mesure dans des outils spécifiques; j’ai récemment acquis une presse qui me change la vie ! Bientôt, une meilleure imprimante.

© Papier Tissé.

© Papier Tissé.

• Comment décririez-vous le style de Papier Tissé ?

Violaine. Je ne pense pas pouvoir mettre de mots sur le style de Papier Tissé car celui-ci n’est pas encore totalement défini. J’aime proposer pour l’instant une multitude de motifs et de style car j’aimerais que chacun trouve le carnet qui lui correspond. Un carnet est pour moi un objet très intime, qu’on personnalise au fil de son utilisation et qui doit dès le début nous ressembler. Pour l’instant, je dirais « doux », par la matière du tissu, la douceur du papier, l’arrondi des angles.

 

• D’où vient cette passion du papier et qu’est-ce qui vous inspire ?

Violaine. J’aime la matière, le toucher et la texture du papier. C’est également ce qui m’attire pour le tissu. J’aime l’imprimé : les couleurs des différents types impressions, les beaux objets éditoriaux, la mise en page ou la typographie qui, pour moi, prend une toute autre dimension couchées sur le papier. Je suis très sensible aux mots, à la peinture, l’harmonie de couleurs, la composition, le cinéma, le tout m’inspire.

″J’aime l’imprimé : les couleurs des différents types impressions, les beaux objets éditoriaux, la mise en page ou la typographie qui, pour moi, prend une toute autre dimension couchées sur le papier″ 

 

• Votre point de vue sur l’avenir du papier ?

Violaine. Je suis plutôt optimiste quant à l’avenir du papier. Bien sur, le numérique envahit peu à peu tous les domaines, mais je pense que papier et digital fonctionnent aussi très bien ensemble. Même si le papier n’est plus vraiment le médium privilégié, il continue à surprendre, étonner et séduire !

• Et vos futurs projets ?

Violaine. Une nouvelle collection se dessine, plus personnelle et plus engagée, créativement parlant. J’ai commencé à créer mes propres motifs, qui seront bientôt imprimés sur tissu, certainement en sérigraphie. J’aimerais également développer d’autres objets que le carnet, pour étendre un peu la marque. C’est en cours de réflexion…

• Le mot de la fin ?

Violaine. L’envie !

⇒ A noter dans son carnet.

 

Découvrez l’article sur Papier Tissé par Granhari.

 

© Papier Tissé.


Merci à Violaine de Papier Tissé pour cette interview. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *