Musotrees.

MusotreesMusotrees

Musotrees est un magazine biannuel de voyages basé à Kuala Lumpur, Malaisie. Et non, tout les magazines de voyages indés ne sont pas toujours français ou anglais ! Créé par 4 amis, Musotrees axe sa ligne éditoriale sur les photographies et les récits de voyage. Kerol Izwan est le rédacteur en chef de la revue, et est accompagné par Nita Katcharath et Lyana Ruslan comme contributrices et Afdzal Ahmad en tant que directeur artistique. Kerol a déjà traversé plus de 30 pays, un beau score pour un journaliste voyage en herbe.

« All of us are scientists and this magazine is our weekend- and night-job. We do it for fun because it is something we love to do. We had this idea for two years but we only published this magazine last May. I told my friends that we should do this because there is nothing like this yet in Malaysia. » 

Musotrees est un véritable travail artisanal de la part des 4 compères. Kerol Izwan n’avait auparavant jamais monté de maquette de journal, et a du pour cela se renseigner auprès d’autres magazines pour éviter les erreurs de base. La rédaction du magazine se fait le soir et les weekend, comme un hobby et s’inspire d’autres magazines de voyages réputés.

« Musotrees focuses on overseas travel and the style is similar to Monocle and Kinfolk which are huge inspirations to the team. They don’t try to imitate anyone but instead write about what they feel about their travels. »

Les 4 amis voyagent ensemble ou en solo, selon l’inspiration et le pays visité. Le N°2 vient tout juste d’être édité, et l’équipe pense déjà à s’agrandir pour s’améliorer. Bien qu’ils soient tout issus du milieu scientifique, chacune des personnalités de ce magazine tend à développer son côté artistique, à l’image de son créateur qui ne jure que par son compte Instagram et les photos d’arbres.

« The name Musotrees comes from two words, “muso” stands for people who love music and ‘trees’ refer to Nature which is Kerol’s favourite subject to photograph. “Whenever I post a photo on Instagram, I use a song in the caption. All of us are music lovers. It keeps us going when we are working,” said Kerol. They hope that the name Musotrees is catchy. »

Lancé il y a deux ans et développé depuis seulement un an avec les moyens du bord, Musotrees se vend déjà dans pas moins de 9 pays internationaux, et se conçoit encore tout de même comme un projet personnel, de partage d’expérience. Les 4 compères ne souhaitent pas se faire de l’argent avec cette édition, mais bien profiter de l’instant pour continuer l’aventure éditoriale. Un superbe projet.

« For Volume 2 of Musotrees, the focus will be on places that people don’t usually visit. All the photos in the magazine are taken with their mobile phones and they turned out pretty well. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *